Ex-libris et Polaris

Choix littéraire totalement subjectif, la plupart du temps issu d'une irrésistible poussée vers le cercle polaire... et autres sujets beaucoup plus futiles.

30 avril 2010

Pause Pippi à Genève

Pavillon_su_doisLe 24e Salon du livre et de la presse de Genève (Suisse) s’est ouvert, mercredi, avec la Suède en hôte d’honneur. Il s’achève dimanche. Très en vue, le pavillon suédois a été réalisé en collaboration entre le consulat de Suède à Genève et l’ambassade de Suède à Berne.                  

Fifi_BrindacierLes jeunes visiteurs sont accueillis par l'héroïne suédoise la plus connue, Pippi Långstrump, autrement dit en français cette chère Fifilolotte Victuaille Cataplasme Tampon Fille d'Efraïm Brindacier. Bref, Fifi Brindacier. Aussi maline que son singe, la fillette née en 1945 sous la plume d’Astrid Lindgren raconte, à Genève, ses histoires aux visiteurs en herbe. Une petite rouquine que les nombreux accros au polar suédois ont d'ailleurs incontestablement retrouvée sous les traits de Lisbeth Salander, Stieg Larsson y faisait d’ailleurs référence dans sa désormais célèbre trilogie Millénium.

Sven_NordqvistToujours côté jeunesse, sous le lumineux pavillon suédois le public de Genève peut également rencontrer Sven Nordqvist. L’écrivain et illustrateur, architecte de formation et qui travaille dans la publicité, est l'auteur de la série Les Aventures De Pettson Et Picpus, publiée en France chez Autrement jeunesse. Volez, jeunesse ! Le pavillon n’oublie pas non plus Selma Lagerlöf et Le Merveilleux Voyage de Nils Holgersson à travers la Suède. Le premier Prix Nobel féminin (1909) offrait une belle entrée pour proposer, en outre, une expo sur Alfred Nobel et les gagnants du prestigieux prix.

H_kan_NesserPour les plus grands, le polar suédois n’est évidemment pas en reste avec une présentation des « Scènes de crime en Suède ». Les adeptes des enquêtes du commissaire Van Veeteren seront heureux de retrouver Håkan Nesser, en chair et en os. Voici sa bio officielle au Seuil où trois de ses romans (Le Mur du silence ; Retour à la grande ombre ; Funestes carambolages) ont été traduits par Agneta Ségol, Pascale Brick-Aïda et Marianne Samoy : « Né en 1950 en Suède, Håkan Nesser est l’un des écrivains de romans policiers les plus appréciés dans les pays nordiques. Largement traduits, ses ouvrages ont été couronnés par plusieurs prix et adaptés à la télévision suédoise ».

La Librairie du Boulevard a investi le lieu d’ouvrages traduits en français et en version originale suédoise. Le pavillon fait également la part belle à Vilhelm Moberg (père de l’écrivain Eva Moberg), le dramaturge qui se suicida en se noyant en 1973. Sa trilogie autobiographique (1930), avec son héros-journaliste Knut Toring, rappelle ses débuts dans la presse, mais est bien moins connue du grand public que sa Saga des Émigrants. Son regard parfois satirique sur la Suède était toujours tissé de fibre sociale. Son œuvre compte ainsi aujourd’hui parmi ces références sur l’histoire sociale du pays, ces empreintes qui retracent les différents mouvements sociaux et politiques suédois.

Le panthéon de la littérature suédoise n’est pas oublié non plus, d’August Strindberg aux gagnants du grand Prix Alma. Alma, pour "Astrid Lindgren Memorial Award". Parmi les écrivains les plus populaires de Suède – ses livres sont traduits dans plus de 90 langues – l'engagement d'Astrid Lindgren pour les droits des enfants lui valu la reconnaissance du gouvernement suédois en 2002, après son décès. Ainsi fut créé, à sa mémoire, le Prix Alma attribué chaque année en hommage à un auteur, au regard de l’intégralité de son œuvre. La récompense (5.000.000 de Couronnes soit plus de 500.000 euros) en fait le plus grand prix de littérature pour l’enfance et la jeunesse au monde. Ce qui nous ramène au coffre rempli de pièces d'or de cette chère Pippi Långstrump, l’inoubliable Fifi Brindacier immortalisée par Astrid Lindgren.

      > Vidéo de présentation du pavillon suédois


Commentaires

Poster un commentaire