Ex-libris et Polaris

Choix littéraire totalement subjectif, la plupart du temps issu d'une irrésistible poussée vers le cercle polaire... et autres sujets beaucoup plus futiles.

26 septembre 2010

A glacer le sang

Jari_Silom_ki

La BnF et sa responsable du secteur scandinave Anna Svenbro préparent une journée d’étude autour du polar nordique. Baptisé A glacer le sang, ce triptyque de conférences propose d'explorer notamment pourquoi « la France, elle aussi grand producteur de romans noirs, éprouve un intérêt de longue date pour le polar venu du Nord en général ».


Avant d’entrer dans le vif d’un programme dense, l'ouverture reviendra à Arni Thorarinsson. Une intervention inaugurale qui intervient en pleine actualité pour l’auteur islandais dont Le septième fils, le troisième polar qui met en scène Einar, l’enquêteur nonchalant du Journal du Soir, vient de paraître dans sa version française, la semaine dernière, chez Métailié (présentation ici). Ce pionnier du roman noir islandais n’est pas des seuls auteurs invités. Les Suédois Håkan Nesser (qui figura parmi les invités du dernier Salon de Genève), Kjell Eriksson (en pleine parution chez Gaïa du Cri de L’Engoulevent) et Johan Theorin (L’écho des morts, prix du meilleur polar suédois 2008 et scandinave 2010, paru en février dernier chez Albin Michel) sont également annoncés.


Trois questions majeures seront ainsi abordées : les raisons d’un succès, en déclinant la réception des polars scandinaves en France (problématiques, sources, circuits) ; quelles règles et quelle histoire pour ce genre ?; les polars et leur vision des sociétés scandinaves : le revers de la médaille.


Invités à plancher sur ces passionnantes questions, des traducteurs (Philippe Bouquet,  Éric Boury et Marc Auchet), conservateurs (Isabelle Le Masne de Chermont et Bruno Sagna, responsable de la Bibliothèque nordique), philosophe (Fredrika Spindler), éditeur (Magnus Bergh de chez Albert Bonniers Förlag), universitaires (Annie Bourguignon, Bertrand Tassou) et journaliste (Martine Laval, Télérama). Dans le prolongement de la journée, l’Institut suédois proposera une soirée autour des romans de Maj Sjöwall et Per Walhöö


> Pratique. Mercredi 29 septembre, à la Bibliothèque nationale de France (BnF), site François-Mitterrand, petit auditorium. De 9h15 à 18h. Entrée libre.


> Lien. Dans le dernier numéro de Chroniques de la Bnf (rendez-vous PP. 20 et 21).

   


La photo est de Jari Silomäki, de la talentueuse école photo d’Helsinki (Finlande). Découvrez le travail de la Gallery Taik Ici

 

  


Commentaires

Poster un commentaire