Ex-libris et Polaris

Choix littéraire totalement subjectif, la plupart du temps issu d'une irrésistible poussée vers le cercle polaire... et autres sujets beaucoup plus futiles.

21 juin 2012

Le Seuil annonce l’intégrale Wallander en 3.840 pages

Mankell

Parmi les grands rendez-vous de la rentrée littéraire 2012, au rayon de la littérature scandinave, Le Seuil aura une place de choix en créant l’événement autour d’Henning Mankell en octobre. Copieux menu, le 4 octobre : 3.840 pages dédiées au commissaire suédois Wallander, servies sur un plateau !

La grande maison qui sera octogénaire en 2015, s’apprête en effet à publier une quasi-intégrale Wallander dans sa collection Opus. Les trois volumes reprennent neuf romans d’Henning Mankell avec le commissaire Kurt Wallander, traduits par Philippe Bouquet, Anna Gibson et Christofer Bjurström.  Chacune des trois compilations sera proposée à 25,40 €.

Grande question, néanmoins : pourquoi l’éditeur fait-il l’impasse sur Avant le gel, paru en septembre 2005, neuvième Wallander de la série ? Envisage-t-il un autre volume dans lequel il intégrerait Pyramiden, les cinq nouvelles initiales qui avaient donné naissance à Wallander et qui n’ont jamais paru France ? Un suspense digne d’une enquête à Ystad. On peut subodorer un bonus derrière tout ça...

Pour le Seuil, qui publie les traductions d’Henning Mankell depuis 2003 et qui a ainsi sorti en France quinze romans jusqu’à la vie africaine d’après Wallander (L’œil du Léopard, paru en avril 2012), c’est en tout cas un très joli coup éditorial. Cela devrait faire mouche quand on sait que, lors de chaque dernière sortie, Mankell s’est fait sa place au palmarès français des ventes de livres.

Henning Mankell, né en 1948, à Stockholm, partage son temps entre la Suède et le Mozambique. Si nombre de ses fictions, pièces de théâtre (il a monté au Mozambique une troupe nommée Teatro Avenida) et essais stigmatisent les maux de l’Afrique, ce sont ses romans policiers littéraires qui lui ont valu une immense célébrité internationale. Et avant tout la série des enquêtes menées par le commissaire Kurt Wallander et son équipe de policiers d’Ystad, en Scanie. Des policiers accablés par l’irruption d’une violence à l’américaine dans leur univers jadis paisible. Car c’est dans le crime que l’auteur voit le meilleur miroir de la société. Comme en leur temps, Maj Sjöwall et Per Wahlöö.

Wallander Un

Le tome 1 de la série, 1.040 pages, au total, comprend les trois premiers titres : Meurtriers sans visage décrit une Scanie qui fustige ses réfugiés et succombe à la violence raciale. Dans Les Chiens de Riga sont évoqués les problèmes liés à l’indépendance fragile d’un pays voisin, tout juste libéré de la tutelle soviétique. La Lionne blanche nous introduit dans le milieu des Afrikaners nostalgiques de l’apartheid, déterminés à empêcher l’accession au pouvoir de Nelson Mandela.

--

--

Wallander 2Dans le tome 2, on retrouvera L’homme qui souriait, le roman policier qui dénonce une justice corrompue où l’argent et le pouvoir justifient les ignominies d’un réseau criminel de trafic d’organes. Le Guerrier solitaire, où l’assassin tue ses victimes à la hache avant de les scalper, décrit un paradis social qui tourne au cauchemar. Et dans La Cinquième femme, où des citoyens apparemment paisibles se font assassiner dans des mises en scènes sadiques, l’auteur fait tomber le masque de la respectabilité de certains êtres pour dévoiler leurs perversions. Là, ce sont 1.328 pages à consommer.

Wallander 3Enfin, le troisième volume de l’Opus qui clôt le cycle Wallander s’ouvre avec Les Morts de la Saint-Jean. C’est le récit d’une nuit de juin où un jeu de rôle entre jeunes tourne au drame et où un collègue de Wallander est affreusement assassiné. Nos sociétés contemporaines ne seraient-elles pas le terrain idéal des crimes gratuits ? La Muraille invisible nous confronte à la vulnérabilité des sociétés hyper-informatisées du monde d’aujourd’hui à travers le personnage d’un informaticien, qui s’écroule mort devant un distributeur bancaire. Au même moment, deux adolescentes tuent un chauffeur de taxi à coups de marteau. Ici, virtuel et réalité sont intimement liés. Dans L’Homme inquiet, Wallander s’apprête à entamer une paisible retraite à la campagne, quiétude vite troublée quand le beau-père de sa fille, ancien officier de marine, disparaît après avoir évoqué la guerre froide et les sous-marins russes dans les eaux territoriales suédoises. Soupçons d’espionnage ? Au profit de qui ? Wallander mène sa dernière enquête et amorce simultanément sa propre plongée en profondeur. Cet ultime roman mettant en scène Wallander avait paru au Seuil en octobre 2010. Le troisième opus compte 1.472 pages.

3.840 pages pour passer l’hiver au chaud…


Commentaires

Poster un commentaire