Ex-libris et Polaris

Choix littéraire totalement subjectif, la plupart du temps issu d'une irrésistible poussée vers le cercle polaire... et autres sujets beaucoup plus futiles.

22 juin 2012

#1 - Brevis nordicus

Brevis nordicus, c’est la nouvelle chronique - alphabétique - sur les auteurs nordiques, en bref. Une première aux accents très suédois. > Mari Jungstedt. Le sixième volume (sur les dix déjà parus) de la série des enquêtes suédoises de l’inspecteur Anders Knutas et du reporter Johan Berg, sur l’île du Gotlan de la Baltique, vient d’être publié en anglais, sous le titre de Dark angel. Den mörka ängeln était initialement sorti en Suède, en 2008, chez Albert Bonniers Förlag. Le lecteur francophone, lui, est resté scotché au... [Lire la suite]

01 octobre 2010

Un polar, avec deux glaçons s’il vous plait !

Forts d’une première édition qui avait réuni 3.000 visiteurs à Pau en 2009, ces accros au polar remettent ça. Un aller–retour dans le noir, le festival du polar palois qui inaugure aujourd’hui sa seconde édition, a choisi la Suède comme invitée d’honneur cette année. De ce vendredi 1er au dimanche 3 octobre, l’événement littéraire qui met dix-sept auteurs à l’honneur annonce trois invités suédois et non des moindres : Maj Sjöwall en tête d’affiche, aux côtés de Kjell Eriksson et de Johan Theorin qui étaient mercredi à Paris pour... [Lire la suite]
30 septembre 2010

" Ces romans-là ont toujours quelque chose sur le cœur "

On connaît l’Islandais reclus dans son lumineux silence. On le sait peu verbeux, plus enclin à vaporiser délicatement ses légendes qu’à vous déverser des logorrhées de concepts et d’analyses à la française. Attention à ces clichés qui relèvent sans doute des mêmes préjugés dont souffre le genre policier. Le propos d’ouverture de la journée « A glacer le sang », autour du polar scandinave, à la BnF ce mercredi, revenait à Arni Thorarinsson. Un discours libre, sans aucune note, assez éloquent pour être publié ici dans son... [Lire la suite]
02 avril 2009

Roseanna

 Devant notre train lancé à vive allure, passent parfois des gares que l’on voit sans vraiment les regarder. A moins que ce ne soit l’inverse, des trains qui tracent et personne dans les gares pour nous crier de nous arrêter. D’autres stations, au contraire, surgissent dans cet incessant défilé – sans crier gare – parce qu’un signal nous happe. Mais le train est déjà loin. Vouloir raccrocher les wagons du temps est impossible. A moins que l’on décide sciemment de retourner d’où l’on vient en s’offrant le luxe de la contemplation... [Lire la suite]