Ex-libris et Polaris

Choix littéraire totalement subjectif, la plupart du temps issu d'une irrésistible poussée vers le cercle polaire... et autres sujets beaucoup plus futiles.

22 juin 2012

Johanna Nilsson, alias Amanda Lind, à Frontignan

Le 15e Festival international du roman noir de Frontignan (25 juin au 1er juillet) ose la question qui tue : « Le roman noir sauvera-t-il le monde ? » Pour répondre à ce thème, tables rondes, conférences et dédicaces mettront aux prises une cinquantaine d’auteurs sur les lieux du crime du Firn. En autres, Fred Vargas sera du voyage. Et parmi les invités étrangers, Johanna Nilsson représentera le polar nordique. Si ce patronyme ne vous dit pas grand-chose, c’est normal. Cette Suédoise née en 1973 à Uppsala et qui... [Lire la suite]

28 mai 2012

Le camion

Le Camion (« Lastbilen », 1967) de Per Wahlöö, traduit du suédois par Philippe Bouquet. Paru le 2 mai 2012 chez Payot & Rivages (collection Rivages/Noir). 368 pages. 9,65 €. ISBN : 2-7436-2355-1. Après la parution des dix opus du Roman d’un crime de Maj Sjöwall et Per Wahlöö, les éditions Payot & Rivages ont entrepris de publier en poche les romans de l’auteur disparu en 1975 et qui, avec sa compagne, a été l’un des pères fondateurs du polar suédois. La saga de l’inspecteur Martin Beck s’étendit sur dix... [Lire la suite]
01 octobre 2010

Un polar, avec deux glaçons s’il vous plait !

Forts d’une première édition qui avait réuni 3.000 visiteurs à Pau en 2009, ces accros au polar remettent ça. Un aller–retour dans le noir, le festival du polar palois qui inaugure aujourd’hui sa seconde édition, a choisi la Suède comme invitée d’honneur cette année. De ce vendredi 1er au dimanche 3 octobre, l’événement littéraire qui met dix-sept auteurs à l’honneur annonce trois invités suédois et non des moindres : Maj Sjöwall en tête d’affiche, aux côtés de Kjell Eriksson et de Johan Theorin qui étaient mercredi à Paris pour... [Lire la suite]
30 septembre 2010

" Ces romans-là ont toujours quelque chose sur le cœur "

On connaît l’Islandais reclus dans son lumineux silence. On le sait peu verbeux, plus enclin à vaporiser délicatement ses légendes qu’à vous déverser des logorrhées de concepts et d’analyses à la française. Attention à ces clichés qui relèvent sans doute des mêmes préjugés dont souffre le genre policier. Le propos d’ouverture de la journée « A glacer le sang », autour du polar scandinave, à la BnF ce mercredi, revenait à Arni Thorarinsson. Un discours libre, sans aucune note, assez éloquent pour être publié ici dans son... [Lire la suite]
26 septembre 2010

A glacer le sang

La BnF et sa responsable du secteur scandinave Anna Svenbro préparent une journée d’étude autour du polar nordique. Baptisé A glacer le sang, ce triptyque de conférences propose d'explorer notamment pourquoi « la France, elle aussi grand producteur de romans noirs, éprouve un intérêt de longue date pour le polar venu du Nord en général ». Avant d’entrer dans le vif d’un programme dense, l'ouverture reviendra à Arni Thorarinsson. Une intervention inaugurale qui intervient en pleine actualité pour l’auteur islandais dont... [Lire la suite]
11 mai 2010

Marketing suédois

L'oiseau de mauvais augure. Un roman au titre prédestiné ? Parue chez Actes Sud la semaine passée (cf booklist de mai), la dernière traduction de Camilla Läckberg en France est accompagnée d'un marketing d’un genre nouveau. Comme si le contenu ne suffisait plus en soi depuis le succès de la trilogie de Stieg Larsson, qui a donné naissance à une collection à part entière, Actes Noirs. Le quatrième épisode des aventures d’Erica Falck ajoute à l’écrit tout ce dont le téléphage a toujours rêvé : la téléréalité appliquée au thriller... [Lire la suite]
02 avril 2009

Roseanna

 Devant notre train lancé à vive allure, passent parfois des gares que l’on voit sans vraiment les regarder. A moins que ce ne soit l’inverse, des trains qui tracent et personne dans les gares pour nous crier de nous arrêter. D’autres stations, au contraire, surgissent dans cet incessant défilé – sans crier gare – parce qu’un signal nous happe. Mais le train est déjà loin. Vouloir raccrocher les wagons du temps est impossible. A moins que l’on décide sciemment de retourner d’où l’on vient en s’offrant le luxe de la contemplation... [Lire la suite]